Lettre aux dégénérés,ici, qui soutiennent les russes.

Il m’a fallu plusieurs semaines pour poser des mots sur ce que nous vivons en famille suite au début de la guerre en Ukraine.

Je me rappellerai toute ma vie du premier jour de l’attaque quand les téléphones ont sonné tôt le matin.

Derrière ces téléphones, des sirènes et des bruits d’explosion. L’irréel guerre moderne nous rattrapait, nous et notre famille.

Après tous les jours qui ont suivi, c’était l’appel aux vivants le matin suite aux bombardements de la nuit.

Des pleurs, beaucoup, de la rage, énormément, et de la haine..oui de la haine.

Puis il y a eu la contemplation du meilleur et du pire chez nous.

Le meilleur ? une mobilisation exceptionnelle et spontanée….nous en avons eu des exemples vibrants très près de chez nous.

Le pire ? des hordes de dégénérés – des orcs – mettant en doute la sincérité de la souffrance d’un peuple, le droit à sa propre existence et le déni des souffrances que les familles vivent partout dans le monde autour de ce drame.

L’abécédaire du parfait salaud s’étale sur les réseaux sociaux …on parle des fantasmes des uns et des autres sans s’arrêter sur une souffrance qui éclate comme une évidence.

Ces phrases sont des couteaux qui nous lacèrent, nous les familles impliquées dans cette guerre.

Beaucoup qui pensaient être des chevaliers de la liberté se transforment en porte-drapeau du boucher de Moscou comme si une quelconque théorie pouvait autoriser de tuer des femmes et des enfants.

Cette lettre est pour ces gens-là chez nous …

Les russes « chez eux » voient leur armée commettre des crimes de guerre en série sans broncher mais au final ce n’est pas mon combat : ce sont déjà pour moi des barbares à qui je ne pardonnerai rien..ils paieront, nous le savons tous. Je ne les reverrai pas.

Leurs enfants crèvent par centaines en Ukraine et j’avoue éprouver un vrai plaisir à chaque vidéo ukrainienne où on peut voir des tripes de soldats russes s’étaler sur le macadam. Je ne suis pas le seul à éprouver ce plaisir malsain mais libérateur de voir des ennemis mourir.

Les amis des bouchers russes qui sont chez nous sont par contre un vrai problème à traiter.

Ces gens-là ont passé depuis longtemps les frontières de l’humanité.

Ce sont les mêmes souvent (en France nous avons les Zemmouriens et Lepenistes) qui n’ont eu de cesse de déshumaniser les migrants pendant des années, afficher leur saine vénération de la violence, admirer un poutine fantasmé en oubliant tout de la Russie contemporaine…généralement au passage sans rien comprendre à la langue et encore moins à la civilisation russe ou ukrainienne.

En Suisse, une large majorité d’antivax ou antipass avec qui j’ai combattu, se sont retournés contre toute humanité en soutenant l’insoutenable au nom d’une vision simpliste des rapports de force : nous y reviendrons plus tard et ont trahi leur premier combat au nom d’un second qui les dépasse.

Aucun combat juste ne peut être mené par des gens insensibles à la souffrance des victimes.

Au final , la question ukrainienne règle le problème de l’hypocrisie d’une large partie de la classe politique sur la question du choix vaccinal et du passe sanitaire : la majorité de ceux qui ont combattu ces mesures sont en faite largement pire que ceux qui les ont mis en place.

Pour ceux qui ont compris ce que la liberté signifie vraiment nous nous retrouvons en face d’une désolation intellectuelle rare : les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcement mes amis.

Mais revenons à la question ukrainienne.

Les orcs occidentaux se basent sur plusieurs éléments de propagande russe que nous allons démonter un par un ici.

J’ai mis du temps à écrire tant les 5 jours de voyages pour aller à la frontière polonaise et en revenir, le mois d’horreur avec nos familles, les questions sur notre propre vie ici – au niveau financier en particulier, ont complètement monopolisés mes actions, mes pensées et mon temps.

Voici la liste d’arguments utilisés par la propagande russe pour justifier une intervention militaire contre leurs voisins ukrainiens et , théoriquement, « frères ukrainiens » (sic).

Argument #1 : L’OTAN s’est déplacé vers l’est et menace la Russie.

C’est peut être l’argument le plus solide au final.

En effet , tous les ex-pays de l’est ont rejoint l’OTAN. L’OTAN n’a jamais envahi ces pays. Ce sont les politiciens de ces pays souvent soutenu par leurs populations respectives qui ont voulu rejoindre l’OTAN.

L’OTAN a accepté avec plaisir en effet cette expansion.

Si vous me demandez mon avis après coup, je pense qu’avoir fait une défense européenne solide dans les années 90 et défensive tout en dissolvant l’OTAN aurait été certainement plus intelligent….mais c’est facile de le dire 20 ans après.

L’OTAN a été la seule structure capable d’assurer « une assurance vie » aux pays baltes, Tchéquie, Hongrie, Slovaquie ou autre Roumanie.

La Moldavie a été un des premiers pays a être envahi par l’impérialisme russe…elle l’a été parce qu’elle n’était pas dans l’OTAN. Même chose pour la Géorgie …etc…difficile d’en vouloir à des petits pays de se placer sous la tutelle d’une alliance militaire quand le voisin est clairement expansionniste.

Les autres pays neutre – Suède et Finlande en tête – pensent maintenant a y adhérer très rapidement.

Après je suis persuadé que cet argument n’est qu’un argument de propagande qui n’explique en rien ce qui se passe. Les premiers pays envahis par Poutine n’ayant jamais été à la porte de l’OTAN.

Quant à la menace….les missiles russes sont tout autant capables de toucher Lyon ou Genève que les missiles américains Moscou ou Rostov.

Les 2 pays n’ont pas besoin d’avancer des missiles « terrestres » pour utiliser leurs puissances respectives.

L’argument du rapprochement « physique » sur les frontières ne tient donc pas.

La dissuasion nucléaire russe n’a pas besoin de base en Corse tout comme la dissuasion nucléaire américaine n’a pas besoin de bases en Ukraine.

Argument #2 : L’Ukraine bombarde le donbass depuis 2014 et a fait la même chose aux ukrainiens de l’est que les russes maintenant en Ukraine

Cet argument est la pierre angulaire de la propagande russe et a une vraie résonance parmi les orcs occidentaux.

En 2014, suite au Maidan, le GRU russe (service de renseignement militaire russe) paie les gangs locaux – en cryptomonnaie au passage -,pour installer des pouvoirs politiques dissidents à Lugansk et Donestk. Des tentatives similaires sont effectuées à Kharkiv, Dnipropestrovsk (Dnipro) et Odessa tandis que a Crimée est annexée de force par des hommes « verts ».

Au départ la DNR en particulier n’est qu’un immeuble au milieu de Donestk où un mafieux local connu pour être à la tête d’un clan mafieux est payé par les russes pour s’autoproclamer « président ».

Les DNR et LNR reprennent la faucille et le marteau et ressuscitent les méthodes soviétiques

La réponse ukrainienne est militaire : le peu d’armée ukrainienne en état de combattre bouge vers l’est et commence par écraser ces quelques poches de gangs mafieux qui combattent mal ou pas.

Pendant 1 an entre 2014 et 2015 , 95% des pertes 2014-2022 du Donbass ont lieu : 4’000 ukrainiens des forces armées, 5’000 LNR ou DNR et malheureusement le reste de civils tués dans les villages et dans les villes par les forces en présence sur la ligne de front.

Le soutien populaire LNR et DNR est fragile (et le reste) mais les premiers morts, les bavures de l’armée ukrainienne permet de stabiliser une minorité agissante.

Mais les LNR et DNR sont à bout et les Russes – l’armée russe elle même – intervient contre une armée ukrainienne peu professionnelle qu’elle écrase complètement en particulier grâce à ses systèmes d’artillerie depuis le territoire russe. Les paras russes arrivent sans aucune difficulté majeure à arrêter l’avancée ukrainienne et lui inflige des pertes énormes en quelques jours.

La guerre que nous voyons maintenant a bel et bien commencé en 2014-2015

Le front se fige alors et les civils sur place « trinquent ».

Isolées, séparées les familles des 2 cotés souffrent pendant 8 ans d’une situation gelée avec un front qui ne bouge pas.

Nous sommes en 1914 : tranchées contre tranchées mais avec des combats de faible intensité entre 2016 et 2022.

A noter que l’armée ukrainienne ne procède pas à des bombardements stratégiques contre les civils mais son artillerie va meurtrir des villages frontaliers et la réponse politique ukrainienne est peu intelligente : elle est marquée par une stigmatisation des populations à Donestk et Lugansk.

Mais le GRU a eu ce qu’il voulait : du pue à l’est de l’Ukraine et une vraie guerre civile qui va affaiblir l’Ukraine et renforcer sa propagande …en particulier à l’Ouest.

En parallèle les russes offrent des passeports russes à cette population qui ne le demande en rien au passage pour la plupart.

La population du Donbass est autant prise en otage par la bêtise de la réaction politique ukrainienne que par le cynisme Russe.

La Russie, techniquement, a envahi 3 régions de l’Ukraine en 2014-2015 : la Crimée, Donestk, Lugansk et a essayé sans succès sur plusieurs autres.

A noter que Kharkiv/ov n’a pas cédé car les réactions ukrainiennes ont été plus sensées en particulier grâce aux interventions des « seigneurs locaux » qui gouvernent l’Ukraine .

Dans tous les cas, aucun génocide dans le Donbass, 35 morts civils en 2021 typiquement et une armée ukrainienne qui à partir de 2017 ne se pose qu’en défense et en réponse n’attaquant plus du tout mais une guerre civile larvée avec des drames des 2 cotés de la ligne de front.

Mais la situation ne tient QUE grâce à l’intervention russe directe : sans Russie, pas de guerre civile du tout.

La situation aurait été normalisée dès 2014 et ces populations auraient vécu « normalement ».

La Russie va entretenir une guerre civile en Ukraine pour fragiliser le pouvoir en place.

Argument #3 : Les russophones sont maltraités par l’Ukraine.

C’est certainement l’argument le plus stupide de la propagande russe et parallèlement le plus repris par les orcs occidentaux.

Tout dabord, tous les ukrainiens sont russophones. Tous.

Même les gens de l’ouest parlent parfaitement russes.

Ce qu’il faut regarder c’est l’emploi dans les familles.

La grande majorité des ukrainiens continuent à parler russe dans leurs familles de Kiyv à Dnipro en passant par Odessa.

La langue n’a jamais été une fracture importante.

Un point de tension politique exploitée par des politiciens ukrainiens, oui, mais en aucun cas un facteur de division « forte » de la société ukrainienne.

A la frontière polonaise où je me suis rendu pour récupérer ma belle-famille, l’accueil se fait en Russe.

La majorité des gens qui passent cette frontière ont leur premier mot au passage en Russe etc..

Les Ukrainiens ont choisi l’Ukrainien comme langue nationale pour se façonner une identité nationale tout comme le Français est la langue officielle en France, l’Allemand en Allemagne etc…

Le Russe n’a pas été plus maltraité en Ukraine que l’est l’Italien en France…ou l’Arabe.

Ce qu’il faut voir c’est qu’en 2014 quand les discussions sur les langues ré-apparaissent, le Russe est la langue de l’envahisseur de la Crimée et du Donbass.

C’est une réaction émotionnelle avant tout qui fige les débats autour de la langue mais cette réaction émotionnelle traverse la population Ukrainienne qui bascule nettement du coté ukrainien sans aucune pression.

Je l’ai vu de mes propres yeux : on continue à parler Russe en famille mais on s’efforce d’apprendre correctement l’Ukraine « comme un serment privé pour la patrie ».

On aurait pu penser qu’il aurait été plus intelligent d’accorder au Russe un statut de langue nationale aussi pour des raisons pratiques et d’apaisement.

Je pense que cela aurait été en effet une mesure intelligente mais là encore les tensions militaires étaient telles que ce débat ne pouvait pas avoir lieu de manière apaisée.

Sans faire de parallèle qui n’ont pas lieu d »être je doute qu’une déclaration du gouvernement français sur l’allemand comme langue d’avenir aurait été bien accueilli en 39…le Russe a été perçu comme la langue de l’ennemi même si le gens le parlaient couramment. C’est encore pire maintenant.

Dire que les russophones sont maltraités est une bêtise assommante surtout quand des villes 100% russophone comme Kharkiv résiste à l’armée russe…..C’est la même chose Dnipro, Zaporoje, Odessa etc,…

Les manifestants contre les troupes russes parlent Russe et s’expriment tous en russe car maîtrisant au final mal l’Ukrainien etc..

La langue n’est donc en rien un facteur explicatif de quoique ce soit en Ukraine.

C’est un élément de propagande facile pour dégénérés occidentaux qui n’ont jamais mis les pieds en Ukraine mais pas un argument valide pour quelqu’un qui connait un peu les 2 pays.

Argument #4 : La Russie a été humiliée « et se venge ».

La Russie des années 90 est une démocratie sauvage où les plus forts prennent le dessus partout sur le territoire russe. L’entrée dans l’ère capitaliste dans tous les pays de l’est se fait par une violence civile monstrueuse mais souvent aussi libératrice.

Dans nos familles ukrainiennes, personne ne regrette les années soviétiques. Personne.

Les années 90 ont été difficile mais sont vues comme le passage obligé vers des pays plus modernes et plus ouverts.

Pourquoi la Russie n’a pas eu le même mouvement ?

Gangrené par une corruption hallucinante et une mafia omniprésente, la richesse est captée , volée par une minorité de gens…c’est la réalité intérieure qui n’est en rien la conséquence d’une agression externe.

Evidemment, ce pillage rend l’Etat Russe « faible » à l’extérieur et permet à ses anciens ennemis de l’éjecter de son rôle de superpuissance qu’elle n’est plus en mesure de tenir.

La perte de ce rôle est dû avant tout à des considérations internes qui n’ont strictement rien avoir avec une attitude plus ou moins prédatrice des occidentaux, des chinois ou des indiens (sic).

C’est juste la loi de la géopolitique : un état faible est faible….

Les russes auraient pu faire comme les chinois et « se venger par l’économie et le travail » mais beaucoup ont choisi la voie de la nostalgie de leur puissance perdue.

Poutine va jouer dessus.

Est ce que les occidentaux ou les autres pays auraient du faire attention à l’égo russe ?

oui et non, en tout cas l’impérialisme ne se traite pas par des cadeaux….toutes les puissances colonisatrices comme les Français, les Anglais ont arrête d’être des colonisateurs quand les colonisés leur ont fait payer le prix du sang. Je doute qu’il puisse en être autrement avec la Russie.

Encore une fois, expliquer le renouveau de l’impérialisme russe par une vision « émotive » de l’histoire récente n’a pas de sens : un peuple profondément attaché à sa puissance qu’il pense avoir perdu aurait trouvé tous les prétextes possibles pour envahir ses voisins de toute manière.

La Russie en 20 ans a envahi 3 pays souverains : Moldavie, Géorgie et Ukraine et a massacré une de ses régions qui voulait l’indépendance : La Tchétchénie en 2 guerres. Ces aventures ne peuvent pas s’expliquer par un sentiment d’humiliation car les peuples qu’elle attaque ne sont pas la source de ces humiliations supposées.

Argument #5 : L’OTAN s’est comportée comme la Russie avec la Serbie dans les années 90…..

Avoir bombardé des civils serbes lors de l’intervention de l’OTAN reste pour moi une faute morale lourde que nous portons, nous, occidentaux.

Personne ne peut justifier d’avoir tué 2’000 civils serbes ou plus pour chasser leur gouvernement.

Evidemment cette aventure militaire fragilise la contre-propagande occidentale car les faits sont têtus : les sorties aériennes de l’OTAN (40’000 je crois) en 1 mois et demi vont terroriser un peuple entier, tuer des civils de manière horrible.

Aucun être humain censé ne peut dire que les civils serbes « méritaient » leur sort.

Pourtant les opinions occidentales de l’époque ont applaudi des 2 mains l’attaque militaire de l’OTAN contre la Serbie.

Mais encore une fois, la « vengeance » se fait sur les mêmes qui étaient horrifiés en 90.

L’attaque de la tour de télé serbe en particulier est encore racontée par ma belle-famille comme « un choc puissant » et un « dégoût monstrueux » contre les américains.

Pravy Sektor dont on reparlera plus loin était à un moment plus anti-américain qu’anti-russe (la détestation était similaire) et il puisait une grande partie de leur anti-américanisme du sort des serbes en 90.

Tous le monde en Ukraine dans les années 90 soutenait les Serbes. Tous le monde.

Alors pourquoi cet argument sert à les maltraiter et les tuer maintenant ?

Que la Russie bombarde Washington mais pas Kyiv.

Cette faute morale reste et n’a jamais été « réparée » par les occidentaux mais elle ne peut pas servir dans ce conflit car les victimes ne sont en rien responsables de ce qui est arrivé aux Serbes en 90.

Argument #6 : Les ukrainiens sont nazis

La propagande russe dépeint les ukrainiens comme nazis.

Là encore argument stupide surtout venant de pays où l’UDC – l’extrême droite Suisse – fait 30% des voix et où le couple Zemmour-LePen fait aussi 30% (en France).

On vise principalement Pravy Sektor qui a fait 3% aux dernières élections ukrainiennes mais a été en effet le fer de lance du Maidan pour combattre les policiers de Yanoukovitch.

Je reviendrai plus largement sur Pravy Sektor qui a des inspirations plus anarchistes que nazis au passage dans un article spécial mais Pravy Sektor n’est pas un parti nazi.

Dans l’échiquier politique ukrainien, ce sont des souverainistes qui ressemblent énormément à ce que fait Zemmour en france ou l’UDC en Suisse.

Il faudrait revenir longuement sur l’UPA ukrainienne etc…et cela n’a pas sa place ici mais traiter de nazis un pays qui a élu le seul président juif d’Europe, qui fête sans ses centres commerciaux toutes les fêtes juives comme à Dnipro (je l’ai vu de mes propres yeux) en public…n’a strictement aucun sens.

L’antisémitisme dans les pays de l’est est un fait reconnu dans tous les pays de l’est de la Pologne à la Russie mais c’est certainement dans l’Ukraine moderne qu’il s’exprime le moins.

Cet argument est donc une injustice faite à la société civile ukrainienne qui a su domestiquer ses démons pour les transformer en ouverture inédite pour les minorités.

Conclusion

Ceux qui lisent cette lettre et qui sont persuadés que la Russie va les sauver du nouvel ordre mondial, je leur dis : vous vous trompez.

La Russie Poutienne c’est le nouvel ordre mondial « en pire » : il n’y a pas chez Poutine le moindre début de compréhension de vos craintes ou de vos désirs d’émancipation.

Vous êtes les idiots utiles d’une propagande professionnelle.

La Russie agit comme un Etat colonisateur dans une guerre néocoloniale contre un peuple qui a toujours été historiquement méprisé par les russes.

Vous soutenez l’inverse de ce que vous semblez souvent défendre ici : la souveraineté et le sacré.

Vous soutenez le droit à ne pas reconnaitre le droit à exister de quelqu’un qui veut être différent de vous.

Vous soutenez la violence la plus abrupte et la plus dégueulasse au nom souvent d’un anti-américanisme ou anti-europeisme qui peut se comprendre mais qui n’est pas le problème maintenant.

En faisant cela, vous devenez aussi des ennemis de l’intérieur car vous êtes les porte-drapeau d’une vision totalement incompatible avec « un vivre ensemble ».

Vous serez méprisé par les russes car ils n’ont jamais aimé les traîtres au passage et serez détesté par les gens comme moi : vous n’avez aucune patrie pour vous réfugier.

Vous serez les orphelins de vos idées qui ne peuvent pas se défendre : on ne défend pas un agresseur qui tue femmes et enfants pour des considérations idéologiques.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.