Kherson est bien le début de la fin pour l’armée russe.

La défaite russe à Kherson est un revers majeur. Les russes ambitionnaient de fermer l’accès à la mer noire de l’Ukraine en poussant jusqu’à Odessa, ils se replient finalement à quelques encablures de la Crimée laissant une possibilité aux troupes ukrainiennes de foncer vers Melitopol.

En effet Kherson est certes un objectif stratégique et médiatique important et la reprise de la ville marque un véritable tournant dans la guerre mais la prise possible de Nova Kakhovka au nord est certainement un plus gros problème pour les russes.

Si les Ukrainiens arrivent à passer et à se maintenir du coté de Nova Kakhovka, ils ont de facto passé le Dniepr et s’offre 2 possibilités stratégiques.

Remonter vers l’est en direction de Melitopol pour « couper » la Crimée des forces russes plus à l’est.

Si la Crimée est isolée et ne peut plus recevoir de renforts que par la fameux pont de Kerch ou par bateau, elle se trouvera dans la même situation que l’oblast de Kherson sous pavillon russe : les ukrainiens bombarderont , feront jouer l’attrition sur des troupes peu capables de se renforcer…..et les forces Ukrainiennes pourraient alors tout doucement s’avancer vers la Crimée.

Mais pour cela, il faut partir vers Melitopol après avoir pris Nova Kakhovka.

Les Russes pourront difficilement défendre une progressions sur cette axe sans dégarnir les forces de Crimée qui semblent s’enterrer en ce moment et passer en défensive.

Seul espoir russe : la possibilité que les attaques par vague vers Donetsk provoquent quelques perçées obligeant les Ukrainiens à arrêter leur offensive à l’ouest pour défendre sur le Donbass. La chaire à canon de la mobilisation russe sera utilisée sur ce point de Vuhledar à Siversk, nous verrons certainement la majorité du contignent russe issue de la mobilisation etre envoyée vers Donestk pour forcer les défenses ukrainiennes dans le donbass.

L’idée serait d’obliger les ukrainiens à re-router leurs unités qui ont bien fonctionné vers Kherson – avec de grosses pertes – vers ce foyer du Donbass.

Cela créerait de facto le tempo nécessaire pour fortifier ce flanc ouest et ainsi tenir le couloir donbass-crimée.

L’attaque russe et la défense ukrainienne se feront alors avec beaucoup de pertes des 2 cotés – encore – obligeant les russes à envoyer de nouveaux mobilisés et les ukrainiens à incorporer plus de combattants dans leurs forces armées.

Si les russes ne réussissent pas à enfoncer les lignes ukrainiennes de Donestk, ils devront passer en mode défensif sur tous le front ce qui annoncerait de facto ce qu’on commence à voir nettement à savoir un « retournement de l’initiative » au profit des ukrainiens.

Toutefois je doute que les ukrainiens aient les réserves nécessaires pour repasser à une offensive générale et ils devront eux aussi se concentrer sur un axe en direction de Melitopol. L’objectif des ukrainiens va maintenant être de tenir le donbass et de couper la Crimée du Donbass.

C’est là que se jouera la bataille de l’hiver 2022-2023 avec en sortie des bélligérants totalement épuisés par une guerre qui doit déja approcher les 200’000 victimes.

Si les Russes parviennent à bousculer les ukrainiens dans le Donbass vers Donetsk ils auront peut être les quelques mois nécessaires pour envoyer le gros des renforts encore sur le Donbass et l’armée ukrainienne pourrait avoir des difficultés sur ce front ce qui arrêterait les offensives vers Melitopol qui commençeront bientôt certainement.

La situation devrait alors s’enliser et les pertes grimper fortement de nouveau des 2 cotés. Une nouvelle forte attrition des troupes russes pourrait alors permettre un printemps ukrainien avec des avancées en direction de la Crimée et des avancées réussies vers le nord de Lugansk. Peu à peu le front ressemblerait de plus en plus aux positions de 2014-15 et on reviendrait 1 à 2 ans en arrière avec 2 armées incapables de gagner « vraiment ».

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.