(16 mai) Nous assistons à l’épuisement des combattants avec une menace de rupture des équilibres.

Les russes continuent à faire pression sur le Donbass et restent sur des positions défensives ailleurs voir reculent au Nord de #Kharkiv

Les Ukrainiens résistent mais semble-t-il avec grandes difficultés dans le Donbass (on ne fait rarement sauter un pont important quand cela va bien) mais ils ont pu se donner de l’air aux alentours de #Kharkiv

Mariupol est en train de tomber complètement avec une reddition à priori de la garnison (https://t.me/polkazov/4486)

Les russes continuent de pousser et grapillent du terrain dans le Donbass.

Les 2 belligérants semblent s’essouffler.

Il parait peu vraisemblable que l’Ukraine soit capable d’offensives de grande envergure : au vu de la concentration de troupe, il y aura toujours la possibilité de libérer quelques villages ici et là mais rien de tranchant à venir à priori.

Les Russes sont patients, ils bombardent, bombardent et bombardent puis perdrent quelques hommes dans des actions offensives toujours aussi peu maîtrisées à priori mais la ténacité de leurs attaques font qu’ils avancent « un peu » chaque jour en direction des objectifs qu’ils semblent avoir à savoir la reprise complète des 2 oblasts de Donetsk et Lugansk

Les armements occidentaux arrivent ou vont arriver mais ne suffiront pas à renverser le cours de choses durablement et c’est bien sur ça que parient les russes.

Tant que l’#Ukraine n’emploie pas des F16, F18 ou des Apache en direction des forces russes, tant que ses avions ne peuvent pas imposer une dispute constante du ciel, l’artillerie russe pourra continuer à tirer…et les troupes russes avancer petit à petit.

Pendant ce temps les territoires occupés sont « russifiés » avec du peuplement venant de Russie (on le voit à #Kherson) et des ukrainiens dans les territoires occupés vont être tentés de plus en plus de collaborer pour revenir à une vie « presque normale ».

Pourquoi alors je parle de « rupture des équilibres » possible ?

Quand vous avez 2 combattants épuisés, il y a toujours la possibilité pour que l’un des 2 s’effondre et fasse de grossières erreurs qui seraient alors exploités par l’autre.

Si une des 2 armées perd une grosse bataille avec des pertes importantes, cela se traduira automatiquement par un basculement qui fera céder le front à cet endroit de manière importante.

Du coté Ukrainien, cela peut être une reprise de Kherson suite à plusieurs fautes tactiques russes, et du coté Russe cela peut être de finir par prendre une grande partie de l’oblast de Donetsk en arrivant à encercler une partie des troupes ukrainienne dedans.

Un grosse défaite entraînerait alors automatiquement une demande de cessez-le-feu qui serait alors acceptée par la partie adverse qui est , elle aussi, exténuée….mais après les gains territoriaux dus à cette erreur.

La guerre d’usure « russe » décrite dans tous mes articles précédents semble donc bien être la stratégie mise en place par l’Etat Major Russe depuis plusieurs semaines : jouer sur l’attrition et avancer de manière très contrôlée.

Cette stratégie a comme principal objectif de fixer les unités ukrainiennes les plus fortes pour leur porter des coups suffisamment durs pour qu’elles soient obligées de battre en retraite…et qu’elles arrêtent de jouer au pompier pour soutenir les troupes les moins aguerries.

Cette défense mobile basée sur quelques unités de choc capables de se déplacer vite et ayant une bonne expérience du combat ne peut durer que si l’Ukraine est capable de reformer rapidement des unités de cette qualité.

La lutte contre les menaces d’encerclement est couteuse comme nous l’avions prévu aussi depuis plusieurs semaines. Encore une fois ce sont bien les russes qui impriment leur tempo pour l’instant malgré leur faiblesse tactique évidente.

Un changement de tempo avec des troupes russes *réactives* en mode défensif uniquement marquerait le signal qu’on attend mais pour l’instant ce n’est pas le cas.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.